Le Pouvoir de l'Écriture : Comment Créer des Contenus Marketing Facilement ?

Je ne suis pas loin de penser que ceux qui savent écrire détiennent un “super pouvoir”.

La création de contenu, quelle que soit sa forme, emprunte quasi systématiquement l’écrit.

Créer du contenu, c’est savoir manier la persuasion, c’est savoir convaincre.

Ça marche pour tout :

  • Un discours
  • Une séquence d’email marketing ou d’email OutReach
  • Un script vidéo
  • Un article de blog
  • Une page de vente
  • Un Post sur les médias sociaux

Or, beaucoup de personnes pensent ne pas être en mesure de créer du contenu.

C’est faux.

Dans cet article, je vous montre comment vous lancer.

Je vous donne des clés pour activer ce superpouvoir.

C’est une méthode, elle est simple, elle est accessible à tous.

Voyons pourquoi 👇

Créez des Contenus Actionnables, pas de la littérature

Lorsqu’il s’agit de produire des contenus, nous avons souvent en France le “syndrome de l'imposteur”.

Il faudrait avoir la plume d’Émile Zola ou de Saint-Exupéry.

C’est totalement faux.

Le contenu marketing n’est pas de la littérature.

Votre audience ne vous jugera pas sur la qualité de votre plume.

Certains puristes vont hurler aux loups. Laissez-les faire.

Notre but est d’intéresser notre lecteur et de l’aider à comprendre et à agir.

Il n’y a pas dix mille méthodes pour y arriver.

Il n’y en a qu’une : créer des contenus actionnables.

Qu’est-ce qu’un contenu actionnable ?

C’est un contenu qui impacte réellement votre audience.

Comment savoir si votre contenu va impacter votre audience ?

Demandez-vous s’il :

  • permet d’apprendre quelque chose ?
  • peut servir à solutionner tel ou tel problème ?

Vous n’avez pas besoin d’écrire quelque chose d’exceptionnel.

Il vous suffit de prendre la parole sur un sujet que vous maîtrisez.

Vous devez avoir une expérience établie, éprouvée sur la thématique sur laquelle vous prenez la parole.

Pourquoi ?

Votre job consiste majoritairement à solutionner des “problèmes”.

En partageant votre expertise et vos solutions, vous aiderez d’autres personnes à résoudre leurs problèmes à leur tour.

Vous êtes au marketing, vous devez réussir à augmenter le taux d’ouverture et de clics de vos emails par exemple.

Vous êtes commercial, vous devez closer plus d’affaires dans des temps toujours plus courts.

Nécessairement, vous allez chercher des solutions pour y arriver.

Si vous y arrivez, expliquez simplement comment vous avez fait.

Il est fort probable que d'autres personnes, évoluant dans le même secteur que le vôtre, aient à peu près les mêmes problèmes ou enjeux que les vôtres.

Elles seront donc très intéressées par vos solutions.

La première règle pour créer des contenus qui auront un impact sur votre audience est de documenter ce que vous savez bien faire.

N’ayez pas peur d’être spécifique. Vous pouvez prendre la parole sur des sujets très pointus. Votre audience ne sera pas nécessairement importante, mais elle sera ultra-qualifiée.

Évitez de prendre la parole sur des sujets que vous ne maîtrisez pas parfaitement. Vous aurez toutes les chances de les survoler.

Vous n’apporterez rien de plus que ce qui existe déjà sur le Web.

Ce n’est que pure perte de temps…

Investiguez les domaines ou les pratiques pour lesquels vous avez de très bons résultats.

Décrivez et Partagez vos recettes.

Intégrez une dose de copywriting et de storytelling.

Vous obtiendrez un contenu puissant.

Par exemple, au début de la crise du Covid-19, le télétravail est devenu incontournable.

Avec plusieurs années d'expérience en télétravail, j'ai décidé de partager mes connaissances.

J'ai rédigé l'article : "Remote Work : 29 conseils simples pour maîtriser le télétravail et combattre le Covid-19 🦠".

Mon approche ? J'ai compilé et expliqué mes meilleures pratiques.

Résultat : des milliers de visites en quelques jours et des centaines de partages sur les réseaux sociaux.

Remote Work

1ᵉʳ conseil : ne prenez la parole que sur vos expertises éprouvées, et documentez vos réalisations.

Vos plus belles réalisations doivent guider votre processus de création éditoriale.

Elles doivent bien évidemment être en lien avec vos objectifs business.

Prendre la parole sur un domaine que l’on ne maîtrise que moyennement est l’assurance de créer un contenu moyen.

2ᵉ conseil : expérimentez avant de créer des contenus

Vous souhaitez prendre la parole sur un domaine que vous ne maîtrisez pas encore parfaitement ?

Avant de vous lancer, expérimentez et apprenez ce qui fonctionne, et ce qui ne fonctionne pas.

Puis documentez votre travail.

Enfin, créez votre contenu.

En documentant votre travail, vous gagnerez un temps considérable durant la production de vos contenus, et surtout ces derniers seront “actionnables”, et donc utiles pour votre audience.

3ᵉ conseil : partez de ces quelques points d’ancrage pour démarrer :

  • Le tuto : quel problème résolvez-vous. C’est typiquement cet article qui répond à la problématique : comment se lancer dans la création de contenu quand on pense que c’est inaccessible ?
  • Comment avez-vous aidé tel ou tel client à résoudre tel ou tel problème ? Décrivez simplement votre travail.
  • Quelles sont vos méthodes de productivité ou comment arrivez-vous à atteindre tel ou tel résultat ?
  • Décrivez votre job, votre quotidien (ex : c’est quoi un copywriter ?)
  • Détaillez votre vision (ex : quel est l’avenir du Content Marketing ?)

Comment lancer votre processus rédactionnel ?

Avant d’écrire, il faut trouver une idée.

2 méthodes que je m’applique :

  1. L’instinct
  2. La data

L’instinct

Parmi les sujets que je maîtrise, certaines idées émergent spontanément.

C’est l’instinct qui parle. Je suis sous la douche et je me dis : tiens pourquoi ne pas faire pas un article sur “comment rédiger du contenu Web pour les nuls”.

J’inscris mes idées dans mon calendrier éditorial, dans un onglet spécifiquement dédié aux “idées à classer”.

Je laisse reposer quelques jours, voire quelques semaines.

Puis, je challenge mon idée :

  • Est-ce que j’ai une réelle expertise qui me permet de la traiter efficacement en apportant une valeur ajoutée ?
  • Est-ce qu’elle est utile à mon audience ?
  • Puis-je la raccorder à l’une de mes offres ?

4ᵉ conseil : se fier à son instinct, c’est faire appel à son expérience

La data

Je valide définitivement l’idée en m’appuyant sur quelques datas que je collecte sur le Web.

Je teste l’idée sur Google.

En utilisant la requête “comment écrire” dans la barre de recherche de Google, ce dernier nous propose des suggestions.

Ces suggestions sont basées sur les requêtes les plus fréquentes effectuées dans la vraie vie par de vrais Internautes, et potentiellement par vos cibles.

Data & Content Marketing
Data & Content Marketing

Il est également intéressant d’effectuer ce travail de recherche sur YouTube.

YouTube Mots Clés

Google images est également une alternative intéressante :

Google Image Recherche de Mots Clés

Bien évidemment, vous pouvez automatiser ces recherches en utilisant un outil tel que Semrush.

La data doit répondre à trois questions :

  1. Est-ce qu’il existe des recherches autour de la problématique sur laquelle vous souhaitez prendre la parole ? Dans le cas contraire, il y a de fortes chances que votre contenu n’attire pas suffisamment de monde.
  2. Quelle est l’intention de recherche de l’audience ?
  3. Comment l’audience exprime-t-elle la problématique ?

Par exemple, j’avais choisi initialement d’intituler cet article “Comment Créer des Contenus Marketing qui Cartonnent même quand on Pense être nul à l’écrit ?”.

En effectuant des recherches sur les mots-clés, je me suis aperçu que “création de contenu” était beaucoup plus utilisée.

Créer des contenus
Création de Contenu

J’ai donc opté pour le titre : “Création de Contenu : Le Guide Ultime pour les Nuls [25 Conseils Concrets + Checklist]”.

👉
J'ai récemment rédigé un article complet "IA SEO [ChatGPT vs Bard vs Semrush : Le Guide Ultime + Prompts]".

Lisez-le, il est bourré de conseils sur l'utilisation des IA pour générer des idées de contenu à créer 💡

5ᵉ conseil : validez votre instinct avec une bonne dose de datas 😏

Hiérarchisez vos idées

En adoptant ce processus simple d’idéation, plusieurs idées de contenu vont émerger.

Plus vous pratiquez et plus, elles émergeront facilement.

Il va falloir à présent les hiérarchiser, et se donner des priorités.

Pour savoir si une idée est vraiment bonne, demandez-vous si elle répond réellement à un point de douleur identifié chez vos Persona.

Si le point de douleur est vif, votre contenu a toutes les chances d’être utile.

C’est le cas de l’exemple de mon contenu sur le “Remote Work”. ☝️

C’est une problématique qui est devenue du jour au lendemain cruciale.

Avec le Covid, beaucoup de personnes se sont dit “mince comme je vais faire pour bosser efficacement de chez moi ?”.

Cet article leur a apporté des réponses concrètes, il a été apprécié (+ de 580 partages).

6ᵉ conseil : faites reposer l’idéation de contenu sur les points de douleur de vos Persona.

Ne partez pas de vos offres pour créer des contenus.

Partez des besoins de votre audience.

Les contenus qui répondent à des points de douleur importants seront prioritaires.

C’est la raison pour laquelle vous devez faire reposer votre stratégie de Content Marketing sur vos Persona.

Si vos Persona ne sont pas bien définis, votre stratégie sera floue, vous perdrez en efficacité.

7ᵉ conseil : 👉 définissez ou redéfinissez vos Persona Marketing (vous pouvez vous offrir le Méga eBook qui donne toutes les clés pour y arriver)

Créez un calendrier éditorial

C’est une règle que je m’applique désormais systématiquement.

La maintenance d’un calendrier éditorial est cruciale.

Je l’ai appris à mes dépens.

Quand j’ai commencé à bloguer il y a de nombreuses années pour le compte de mon ex-agence, tout était “dans ma tête”.

Ce qui signifie :

  • Aucune vision globale de ma roadmap éditoriale
  • Perte de certaines idées de contenus à créer
  • Pas de hiérarchisation possible dans les idées de contenus
  • Une moins bonne vision du public cible

Aujourd’hui, pour le blog Captain Marketing, je m’impose de maintenir un calendrier éditorial.

Je suis pourtant tout seul !

Imaginez à présent que mon processus rédactionnel fasse intervenir plusieurs personnes : rédacteurs, correcteurs, référenceurs, illustrateurs, community manager…

Ce qui est la norme.

La planification des contenus permet d’aligner les équipes autour d’un calendrier partagé.

Chaque personne impliquée dispose ainsi d’une vision exhaustive des contenus créés, en cours de création ou à créer.

Un agenda éditorial ne se limite pas uniquement à une liste de contenus classés par dates de production et de publication. Il doit permettre de “mapper” (cartographier) les contenus en fonction des Persona ciblés, de leur parcours de décision et des différents canaux de distribution utilisés.

A minima, il doit présenter :

  • la liste des contenus prioritaires à publier en fonction de la stratégie définie. Il peut s’agir de contenus existants à réécrire ou à optimiser et ceux qui doivent être produits ;
  • le nom des différents rédacteurs et éditeurs qui sont chargés d’écrire les contenus et/ou de les valider ;
  • les dates de production et de publication ;
  • le workflow de production, validation et distribution si nécessaire, et la possibilité d’identifier à quel stade le contenu se trouve ;
  • les canaux de distribution. Il convient ici d’indiquer à la fois le format que prendra le contenu ainsi que le canal par lequel il sera prioritairement distribué ;
  • les titres, mots-clés et méta-description dans la mesure où ces éléments sont importants pour le référencement naturel ;
  • le call-to-action qui sera proposé sur le contenu (abonnement à une newsletter, téléchargement d’un eBook, d’un bon de promotion, inscription à un événement, etc.) ;
  • les principales statistiques générées par les contenus sur une période définie après leur publication (les statistiques feront également l'objet de tableaux de bord spécifiques).

Il peut également être intéressant de prévoir un espace dédié aux nouvelles idées ou à des contenus qui doivent être rédigés en urgence, dictés notamment par des actualités non anticipées.

Un calendrier éditorial est avant tout un outil collaboratif et managérial. Il faut donc trouver un bon équilibre entre les informations qui doivent y figurer et sa simplicité d’usage.

Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’un simple tableur ou d’un logiciel sophistiqué, ce doit être l’outil le plus utilisé dans le processus de création des contenus.

J’utilise quant à moi un calendrier avec 4 onglets :

  1. Idées à classer
  2. À créer
  3. Publiés
  4. Persona

J’ai créé ce calendrier sur Airtable. Une solution telle que Notion peut également parfaitement faire l’affaire.

Agenda éditorial

8ᵉ conseil : créer un calendrier éditorial, et mettez-le à jour au moins une fois par trimestre.

Ne faites pas de plan, couchez vos idées comme elles viennent

Un plan, c’est un peu scolaire, et c’est surtout compliqué.

Démarrez par votre titre. Il représente l’idée principale.

Vous y reviendrez plus tard pour l’affiner.

Couchez ensuite par écrit toutes les idées qui vous viennent en tête.

Accompagnez-les d’une courte phrase pour décrire l’angle que vous souhaitez aborder.

Laissez reposer.

Laissez reposer.

Laissez reposer.

Revenez sur votre document, et relisez-vous.

Complétez-le si besoin par de nouvelles idées.

Retirez celles qui vous semblent finalement peu pertinentes.

Agencez-les pour qu’il y ait une logique dans le déroulé.

C’est comme un puzzle. Cette étape est importante. Elle donne de la consistance à votre contenu.

L’ossature de votre article est faite.

9ᵉ conseil : couchez vos idées comme elles viennent

Sourcez vos contenus

J’effectue toujours des recherches autour :

  1. Du sujet principal de mon article
  2. Des différents angles que je souhaite aborder

Les différentes ressources que je peux collecter me permettent :

  1. D’approfondir mes connaissances sur certains points
  2. De comprendre quel a été le traitement éditorial des articles sourcés : cibles, objectifs, points de douleur traités

Bien évidemment, le but de jeu est de produire un contenu qui soit meilleur que ceux déjà existants sur le sujet.

10ᵉ conseil : partez à la recherche de ressources qui vous aideront dans la rédaction de votre contenu. Évaluez les contenus concurrents déjà en place pour savoir où vous devez mettre la barre pour faire 10 fois mieux.

Écrivez comme vous parlez

Ça y est nous y sommes, il faut se lancer et rédiger.

J’ai une TRÈS bonne nouvelle.

Vous n’avez pas besoin de bien écrire.

Écrivez comme vous parlez !

À l’école, on nous a appris à formuler de belles phrases, à faire de l’emphase.

C’était important et efficace à l’époque du print.

C’est totalement inefficace sur le Web.

Relisez vos écrits à voix haute. Si une phrase ne vous semble pas suffisamment fluide, réécrivez-la en la simplifiant.

Vos phrases doivent être courtes, et aller droit au but.

Vous pouvez aussi vous enregistrer et retranscrire votre enregistrement.

Ou tout simplement utiliser la saisie vocale sur Google Docs par exemple.

Je ne suis pas un super fan de cette solution, mais elle fonctionne plutôt bien.

Dans tous les cas, elle vous forcera à composer des phrases simples qui soient parfaitement compréhensibles par Google et par votre audience 😁

ChatGPT, Bard ou Notion, Jasper, Copy.ai permettent également d’être assisté durant l'écriture de ses contenus.

Il vous suffit de leur demander de réécrire, de raccourcir, de rallonger, de changer de style, de vérifier l'orthographe...

Copy.ai

11ᵉ conseil : écrivez simplement. Retirez tous les mots inutiles. Coupez, coupez et coupez encore ! Bien évidemment, faites-vous aider pour les IA 🤖

Faites de courts paragraphes

Plus vos paragraphes sont courts et mieux c’est.

Je préconise d’ailleurs de faire de chacune de vos phrases, un paragraphe.

C’est ainsi super simple à gérer, et vous limiterez automatiquement la longueur de vos paragraphes.

Entre 45 et 70 caractères par ligne est un bon repère. Bien évidemment, n’en faites pas une religion.

D’autant plus que d’autres facteurs viennent amplement contribuer à la lisibilité de votre texte.

12ᵉ conseil : un de vos paragraphes fait plus de 4 ou 5 lignes, coupez-le en plusieurs petits paragraphes.

Abusez des titres et sous-titres

Utilisez beaucoup de titres et de sous-titres.

Ils permettent aux lecteurs de scanner votre contenu facilement et de se rendre rapidement sur les portions de votre texte qui les intéressent.

13ᵉ conseil : utilisez titres et sous-titres pour donner du rythme à vos contenus

Utilisez chaque fois que nécessaire les listes à puces ou listes numérotées

Vous avez une énumération à faire, une succession d’éléments à communiquer ?

Faites-le avec une liste numérotée ou une liste à puces.

Elles sont beaucoup plus digestes que de longs paragraphes.

Comment choisir entre les deux ?

C’est une question d’ordre :

  • Une liste ordonnée = liste numérotée
  • Une liste non ordonnée = liste à puces

14ᵉ conseil : les listes à puces ou numérotées offrent un ancrage oculaire. Elles permettent de scanner le contenu facilement.

Utilisez la voix active

La voix passive est totalement inefficace sur le Web.

forme active en content marketing

Pour rappel, à la voix active, le sujet fait l’action. À la voix passive, le sujet subit l’action.

15ᵉ conseil : impliquez vos lecteurs dans vos récits grâce à la forme active

Dans l’article “Comment Écrire des Articles de Blog qui Cartonnent ? (Le Guide Complet)”, je donne beaucoup d’autres conseils qui portent notamment sur la mise en forme de vos articles de blog.

16ᵉ conseil : lire l’article “Comment Écrire des Articles de Blog qui Cartonnent ? (Le Guide Complet)” 😁

Entraînez-vous à la rédaction Web

L’écriture est un “muscle”.

Plus il est entraîné et plus, il est performant.

Alors oui au début, vous allez galérer. Puis, plus vous écrirez et plus, vous trouverez ça facile et amusant.

Le plus compliqué, c'est de démarrer.

Vos premiers contenus vous demanderont beaucoup d’efforts.

Vous verrez que les bons réflexes arrivent rapidement, et que les idées émergeront de plus en plus facilement.

N’ayez pas peur du syndrome de l’imposteur.

Si vous maîtrisez votre sujet, il n’y a pas de raison que votre contenu soit mauvais.

Encore une fois, vos lecteurs n’attendent pas de la littérature. Ils veulent comprendre, apprendre et surtout solutionner leur problème.

Si votre contenu les aide à atteindre leur objectif, ils le trouveront nécessairement bon.

17ᵉ conseil : rédigez vos 3 ou 4 premiers contenus avant de dresser un premier bilan. Si c’est vraiment la catastrophe, passez au point suivant 👇

Gagnez en productivité lors de vos travaux rédactionnels

L’écriture de contenu peut être réellement “time consuming”.

Avec une bonne organisation et quelques tips, vous verrez votre productivité exploser.

Voici trois conseils :

18ᵉ conseil : faites du télétravail 👉 écrire dans un environnement bruyant où l’on vous dérange toutes les 5 minutes vous dissuadera d’écrire. Vous n’y arriverez tout bonnement pas. Profitez du fait que le télétravail est à la mode pour vous octroyer des périodes dédiées à vos travaux rédactionnels.

19ᵉ conseil : cherchez les plages horaires durant lesquelles vous êtes le plus productif et/ou créatif. Il s’agit souvent du matin et du soir.

20ᵉ conseil : protégez-vous de toutes les distractions. Les emails, médias sociaux, notifications ruineront votre concentration. Utilisez des bloqueurs de sites par exemple, et ménagez-vous des plages horaires spécifiques pour vos emails et médias sociaux.

Si possible ne dépassez pas deux heures d’écriture par jour.

Dans l’article suivant : Remote Work : 29 conseils simples pour dompter le télétravail [& combattre le Covid-19 🦠], vous trouverez quelques astuces pour augmenter votre productivité. Certaines sont parfaitement applicables à la rédaction de contenu.

Collaborez avec l'IA Générative

Bien évidemment, l'IA change beaucoup de choses et rend la création de contenu encore plus accessible qu'avant.

Ceci étant dit, attention à ne pas tomber dans la faciliter.

👉 Tous les conseils livrés dans cet article sont pertinents avec ou sans IA.

N'utilisez l'IA que dans un souci de productivité.

Voici un exemple. J'ai ici utilisé Copy.ai.

Le Prompt 👇

✍️
Crée un article comparatif explorant les principales différences et similitudes entre le concept du "Job To Be Done" et celui de Persona Marketing, de manière concise et informative, tout en soulignant leurs applications pratiques et leurs avantages pour les spécialistes du marketing et les entreprises.

Instructions :

1. Commence par une introduction claire qui définit le Job To Be Done et le Persona Marketing, ainsi que leur pertinence dans le domaine du marketing et du développement de produits.

2. Discute des différences fondamentales et des similitudes entre les deux concepts, avec des exemples tirés de scénarios réels.

3. Donne un aperçu des avantages et des inconvénients de chaque approche, et comment elles peuvent aider les entreprises à mieux comprendre leurs clients et à répondre à leurs besoins.

4. Inclus des conseils pratiques et les meilleures pratiques pour mettre en œuvre ces deux concepts dans un contexte commercial.

5. Conclue avec un résumé des principaux points à retenir et des implications de la comparaison, et propose des suggestions de lectures supplémentaires ou des ressources pour les lecteurs intéressés.

La Réponse de Copy.ai 👇

Introduction:

Le "Job To Be Done" et le Persona Marketing sont deux concepts populaires pour les spécialistes du marketing qui cherchent à mieux comprendre leurs audiences cibles. Le "Job To Be Done" se concentre sur les besoins fonctionnels des clients, tandis que le Persona Marketing se concentre davantage sur les données démographiques et psychographiques des clients. Les deux concepts offrent des avantages et peuvent aider les entreprises à mieux comprendre leurs clients et à répondre à leurs besoins pour développer des produits et des services qui répondent à leurs besoins.

Différences et similitudes:

Le "Job To Be Done" considère que les clients embauchent un produit ou un service pour accomplir une tâche ou résoudre un problème spécifique. Cette théorie suppose que les clients n'achètent pas un produit ou un service en soi, mais achètent plutôt une solution à un problème. Par exemple, si quelqu'un commande une pizza, ce n'est pas seulement pour manger de la pizza; c'est pour satisfaire un besoin particulier, tel que nourrir une famille affamée ou organiser une soirée conviviale. Le "Job To Be Done" met l'accent sur la compréhension des besoins fondamentaux des clients, sans se concentrer sur les données démographiques ou psychographiques.

Le Persona Marketing, quant à lui, crée des profils de clients fictifs basés sur des données démographiques, comportementales et psychographiques. Les spécialistes du marketing peuvent utiliser ces profils pour mieux comprendre les clients et leur donner des noms, des visages et des personnalités. Par exemple, un musée pourrait créer un persona pour un visiteur potentiel, qui peut être un retraité passionné d'histoire, qui a les moyens de payer pour un billet d'entrée et qui bénéficie d'une réduction senior. Le marketing basé sur les personas est particulièrement utile pour les entreprises qui cherchent à atteindre des niches de marché spécifiques.

Avantages et inconvénients:

L'un des avantages clés du "Job To Be Done" est sa flexibilité. Les entreprises peuvent appliquer cette théorie à un large éventail de situations pour mieux comprendre les besoins des clients. Cependant, cette théorie a des limites pour les entreprises qui ne vendent pas de produits ou de services, comme les organisations à but non lucratif qui cherchent à obtenir le soutien de donateurs ou les gouvernements qui cherchent à obtenir le soutien des électeurs.

Le Persona Marketing peut aider les entreprises à mieux cibler leur marketing et à créer des messages pertinents pour des groupes spécifiques de clients. Cependant, cette approche peut aussi conduire à des généralisations excessives et causées par la réduction de l'audience, une situation qui peut conduire à des messages marketing qui ne résonnent pas authentiquement.

Conseils pratiques:

Pour utiliser efficacement le "Job To Be Done", les entreprises doivent discuter et comprendre les besoins fondamentaux de leurs clients. Ils doivent se demander ce que leurs clients cherchent à accomplir et comment leurs produits ou services peuvent les aider à le faire. Les entreprises peuvent également effectuer des enquêtes auprès des clients pour mieux comprendre leurs motivations et obstacles, ou effectuer des entretiens individuels avec des clients pour obtenir une compréhension plus approfondie des besoins des clients.

Dans le cas du Persona Marketing, les entreprises doivent prendre en compte chaque étape du parcours de leur acheteur en créant des personas pour chaque phase. Les entreprises doivent également utiliser les données démographiques, comportementales et psychographiques obtenues pour identifier des modèles dans les comportements des clients et créer des messages marketing pertinents qui répondent à ces tendances.

Conclusion:

Le "Job To Be Done" et le Persona Marketing sont deux concepts différents mais complémentaires pour comprendre les clients et leur proposer des produits ou services qui répondent à leurs besoins. Les entreprises doivent réfléchir à la manière dont elles peuvent utiliser ces théories pour mieux comprendre leurs clients et offrir une expérience de qualité supérieure. Enfin, il convient de se rappeler que chaque théorie présente ses avantages et ses limites, et que les entreprises doivent penser de manière critique à la manière dont elles appliquent ces théories pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

Copy.ai en action

En quelques secondes, nous obtenons une excellente base pour rédiger un article sympa !

21ᵉ conseil : utilisez l'IA Générative pour la création de vos contenus marketing

Investissez dans votre titre

Votre titre est capital.

Tout commence par un titre performant.

Ce dernier va généralement conditionner la réussite de votre article.

Ne le négligez pas !

Trois astuces vous permettront de rédiger des titres performants :

1. Soyez super spécifique.

Par exemple, “Les meilleurs moyens de gagner du temps” est moins efficace que “Gagnez 2 heures par jour en hackant votre productivité avec 7 astuces”.

2. Utilisez des chiffres.

Par exemple, “Connectez-vous avec les meilleurs Freelances” est moins efficace que “Proposez votre projet à plus de 32 868 super Freelancers et obtenez des réponses percutantes”.

3. Ajoutez une émotion.

Par exemple, “25 outils pour votre SEO” est moins efficace que “25 outils SURPRENANTS pour votre SEO”.

Là encore, utilisez l'IA générative pour obtenir plusieurs variantes de votre titre.

22ᵉ conseil : rédiger plusieurs variantes (avec ou sans IA), laissez reposer et choisissez celle qui vous semble la plus percutante.

Apprenez les meilleures techniques du copywriting

Le copywriting est l’art d’écrire pour inciter ses lecteurs à passer à l’action.

C’est en quelque sorte l’utilisation des mots pour faire vendre.

Il y a une corrélation très étroite entre le storytelling et le copywriting.

Le storytelling est l’art de raconter des histoires. Le copywriting est l’art de persuader avec des mots.

Finalement, ces deux notions sont quasiment indissociables.

Toutefois, le storytelling peut poursuivre un but plus large que “le passage à l’acte” proprement dit.

Alors que le copywriting vise quant à lui essentiellement à faire en sorte que le lecteur passe justement à l’action.

Dans l’article : “Copywriting & Storytelling [le Guide Complet]”, je donne plusieurs formules qui fonctionnent super bien.

Encore un domaine dans lequel l'IA excelle. Tu peux t'abonner à la Newsletter "Dompte l'IA Marketing ✨ & Accélère ta Stratégie" que je devrais lancer en septembre.

23ᵉ conseil : intéressez-vous au copywriting. Vous découvrirez un domaine super intéressant applicable à beaucoup de vos actions marketing: email, publications sur les médias sociaux, pages de vente, articles de blog, vidéos…

Assurez une promo de malade

Vous avez passé 10 heures à écrire un contenu ?

👉 Passez-en au moins 20 à en faire la promo.

Bien évidemment, les “canaux traditionnels” doivent être activés :

  • SEO
  • Ads
  • Médias Sociaux
  • Newsletter
  • Email marketing
  • RP

Ne négligez pas la réutilisation de vos contenus.

Un article long de ce type peut avec quelques efforts devenir :

  • Des snacking contents
  • Un webinar
  • Une vidéo
  • Un podcast
  • Une checklist
  • Une infographie

Bien évidemment, toutes ces adaptations feront l’objet de leur propre promotion.

24ᵉ conseil : bref vous l’aurez compris, n’hésitez pas à tirer profit de votre contenu en lui donnant de multiples vies

25ᵉ conseil : utilisez cette checklist pour bien démarrer 👇

La Checklist du Parfait Rédacteur

❑ Connaître ses Persona sur le bout de doigts

❑ Trouver une idée de contenu qui corresponde à une expertise réellement maîtrisée et à un vrai besoin identifié chez le Persona ciblé

❑ Documenter un savoir-faire maîtrisé et avéré

❑ Expérimenter les sujets qui ne sont pas parfaitement maîtrisés avant de prendre la parole

❑ Choisir un format : tuto, étude de cas, vision personnelle, étude chiffrée…

❑ Valider ses idées spontanées avec la data

❑ Inscrire ses idées dans un calendrier éditorial

❑ Laisser reposer

❑ Créer la structure de votre contenu en listant les grandes idées que vous souhaitez aborder

❑ Laisser reposer

❑ Trouver des ressources tierces qui permettent de compléter ses connaissances

❑ Évaluer les contenus concurrents déjà en place pour savoir où mettre la barre et faire 10x mieux

❑ Écrire aussi simplement que l’on parle

❑ Couper, couper, couper

❑ Faire des paragraphes courts

❑ Abuser des titres et sous-titres

❑ Utiliser chaque fois que nécessaire les listes à puces ou listes numérotées

❑ Utiliser la voix active

❑ Investir dans le titre (créez en 3 variantes minimum, puis choisissez la meilleure)

❑ Copywriter l’introduction

❑ Ne pas négliger le SEO 👉 sélectionnez le mot-clé le plus pertinent pour le Persona visé

❑ Assurer une promo de malade (Cf. : la checklist “promotion des contenus”)

❑ Exploiter le contenu sous différents formats

❑ Créer une alerte dans 6 ou 12 mois afin de réviser le contenu et le mettre à jour si nécessaire

❑ Utiliser l'IA générative sans modération, mais sans tomber dans la facilité

Share this post